Le manque de confiance en soi peut mettre à mal un allaitement


Merlin

confiance en soi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mère allaitant son enfant, par Jean Laurent Mosnier, 1782
Musée municipal des Ursulines, Mâcon

Etude du cas clinique

Cette mère de 37 ans accouche deux semaines avant terme d’un petit garçon de 2900 g, Merlin.
Les mises au sein sont difficiles dès la naissance : Merlin a du mal à prendre le sein et les tétées sont douloureuses pour la mère. Des crevasses apparaissent dès le 2e jour.
La maternité propose donc à la mère de mettre des bouts de sein en silicone.
Merlin tète avec les bouts de sein en silicone mais très lentement et il commence à régurgiter en grande quantité à partir du 4e jour.
Comme il a repris du poids, il sort de la maternité.
La mère me contacte à J8 car les tétées restent très douloureuses et les régurgitations importantes.

Mon intervention

J’observe Merlin qui est pâle et hypotonique. Je propose donc à la mère de le peser : il pèse 2780 g, il a perdu 110 g en 3 jours.
J’observe sa bouche : son mouvement de langue est normal mais il n’ouvre pas grand la bouche.
J’observe les seins de la mère : les mamelons sont très abîmés avec des crevasses ouvertes et recouvertes d’un revêtement blanc. Elles paraissent clairement surinfectées.

J’observe une tétée. Merlin n’ouvre pas assez grand la bouche pour prendre seul le mamelon mais réussit à téter avec le bout de sein en silicone. Il déglutit régulièrement mais pas très longtemps car il s’endort.
Je propose à la mère d’essayer un DAL au doigt : il se réveille et il boit bien.

Avec la mère, nous convenons :
– de montrer Merlin à un bon ostéopathe pour l’aider à ouvrir plus grand la bouche.
– de s’installer en BN pour les tétées, pour diminuer les douleurs et permettre à Merlin une meilleure ouverture de bouche.
– de voir un médecin pour traiter les mamelons de la mère à la mupirocine.
– de tirer le lait après chaque tétée pour stimuler la lactation et compléter Merlin au DAL au doigt.

La mère voit son médecin dans la journée. Il lui prescrit de l’amoxicilline par voie orale et du Mupiderm en local.

La mère me recontacte le lendemain. La nuit a été très difficile et Merlin a beaucoup pleuré.
La mère a tiré son lait et obtenait entre 15 et 30 ml. Elle a eu la sensation que ce n’était pas suffisant pour Merlin et a ajouté 15 ml de préparation pour nourrisson après le lait maternel tiré.
Le protocole est trop lourd pour elle. Elle préfère passer son bébé au biberon la nuit, sans tétée, et arrêter le DAL au doigt.
L’après-midi, elle voit l’ostéopathe.

Le lendemain, elle me recontacte. Merlin ouvre mieux la bouche et régurgite moins.
Les mamelons sont moins douloureux.

A J11, Merlin a repris 100g (en 3 jours) lors de la visite chez la pédiatre. Celle-ci a validé le protocole d’alimentation de Merlin et diagnostiqué un RGO. Elle a choisi de ne pas traiter Merlin.

A J12, la mère trouve que Merlin est peu vigoureux au sein et au biberon. Par contre la lactation a bien augmenté : elle tire 50 ml après chaque tétée. Le poids de Merlin continue à augmenter. Mais la mère a du mal à la réveiller pour le faire téter. Au moment des tétées, le RGO gêne Merlin qui refuse alors de téter.

A J14, Merlin tète correctement mais se fatigue toujours très vite. Il fait 7 tétées par 24h suivies de 15 à 30 ml de lait maternel au biberon. Il pèse 3010 g. Je propose à la mère de ne donner un biberon que si Merlin n’est pas satisfait après la tétée et de ne tirer son lait que si elle a donné un biberon à Merlin.

A J16, Merlin pèse 3110 g. Les tétées s’allongent et la mère dit qu’il a toujours besoin d’un biberon après la tétée sauf deux fois dans la journée. Au vu de la prise de poids, je lui propose de ne donner un biberon qu’une tétée sur deux.

A J18, Merlin pèse 3180 g et ne prend plus qu’un biberon par jour. Il ne se réveille toujours pas seul.
La mère me signale ce jour là qu’elle a une crevasse sur le mamelon droit qui est là depuis longtemps et ne passe pas.
Je lui propose de voir avec son médecin s’il serait adapté de remettre du Mupiderm.

A J19, Merlin pleure de plus en plus et la pédiatre prescrit du gel de Polysilane pour le RGO.

A J21, la mère déclare une mastite au sein droit, celui sur lequel la crevasse persiste. Avec un bon drainage, elle passe en 48h. Mais des brûlures persistent dans les seins.
Dans la semaine qui suit, l’efficacité de Merlin au sein s’améliore et les biberons sont arrêtés mais la mère en remet rapidement un la nuit.

A J28, la mère déclare une nouvelle mastite et est mise sous antibiotiques (Pyostacine) par le médecin. Il ajoute du Daktarin gel buccal à mettre sur les mamelons à cause des brûlures. La mastite fait diminuer la lactation et la mère commence à donner des biberons de préparation pour nourrisson à Merlin.
Celui-ci déclare une allergie et le pédiatre le met sous Nutramigen.
Mais le bébé vomit chaque biberon de Nutramigen.

Je revois la mère en consultation lorsque le bébé a un mois. Les seins sont plus souples mais il reste une zone rouge avec une petite boule. La mère ressent toujours des brûlures dans les seins. Elle poursuit le Daktarin.
Merlin tète très bien mais il est crispé et en permanence en hyperextension.
Les tétées en BN se passent mieux mais Merlin s’endort au bout de 5 minutes de tétées.
Je propose à la mère de remontrer Merlin à l’ostéopathe pour l’aider à se défaire de ses tensions. Je lui propose également de le changer de sein dès qu’il commence à être moins efficace et de finir avec un biberon uniquement s’il n’est vraiment pas suffisamment efficace au sein.

La mère n’a pas confiance en elle ni en son bébé et elle décide de le passer au biberon et d’arrêter l’allaitement.

La confiance a toujours manqué à cette mère qui ne croyait pas que Merlin puisse se débrouiller seul pour obtenir sa ration au sein, qui ne croyait pas qu’elle puisse produire suffisamment de lait.

Bibliographie

  • Marsha Walker, Breastfeeding management for the clinician, Using the evidence, Jones and Bartlett Publishers, 2017, page 657-662.
  • Demilade A. Adedinsewo, Maternal Anxiety and Breastfeeding, Journal of Human Lactation, Vol 30, Issue 1, 2014.

Dernière mise à jour : 26 juin 2019