Abcès du sein


Lola

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bertha Wegmann (1847 – 1926, Danish) twins breastfeeding

Etude du cas clinique

Cette mère accouche à terme d’une petite fille de 4800 g, Lola.
L’allaitement démarre difficilement : la mère présente des mamelons ombiliqués. Elle a allaité son aîné 13 mois grâce à des bouts de sein en silicone mais Lola n’arrive pas à prendre le sein.
En raison du poids de naissance, la maternité veut donner des compléments de préparation pour nourrisson à Lola, ce que la mère refuse.
Elle a beaucoup de colostrum et pense que c’est suffisant pour Lola. Mais celle-ci n’arrive pas à prendre le sein et perd dix pour cent de son poids de naissance.
La mère commence donc à tirer son lait mais la lactation n’est pas satisfaisante.
Elle décide d’utiliser un bout de sein en silicone.
A 3 semaines, Lola pèse 4300 g et présente des signes de déshydratation. Lorsqu’elle prend le sein, elle fait très mal à sa mère et les mamelons saignent.
Sa mère lui donne des compléments de préparation pour nourrissons (3 biberons de 60 ml par 24h), ce qui la conduit à dormir beaucoup.
Sa mère tient beaucoup à l’allaitement et veut que ça marche.

Mon intervention

Elle vient me voir en consultation lorsque Lola a 4 semaines.
Elle pèse alors 4900 g.
J’observe Lola qui présente un frein de langue très court, qui l’empêche à la fois d’avancer la langue et de monter l’arrière de la langue. Elle n’ouvre pas très grand la bouche, ce qui complique la prise du sein.
Nous réussissons à mettre Lola au sein sans bout de sein en silicone sur le sein droit et je propose à la mère de changer de bout de sein en silicone pour le sein gauche.
Je lui propose de voir un ORL pour faire sectionner le frein de langue de Lola qui est particulièrement gênant.
Je lui propose également de voir un ostéopathe pour régler le souci d’ouverture de bouche.
Enfin, je lui propose de tirer son lait efficacement 3 fois par 24h et de prendre du fenugrec pour relancer sa lactation.
La mère est d’accord pour tout sauf pour faire sectionner le frein de langue.

Lola voit l’ostéopathe le lendemain et bouge mieux la tête, ouvre mieux la bouche.
Une semaine plus tard, la mère me recontacte pour obtenir un rdv avec l’ORL pour le frein de langue.
A la suite de la section du frein, Lola tète de mieux en mieux mais a toujours du mal à bien prendre du poids. Par ailleurs, elle régurgite beaucoup, ce qui peut également expliquer une prise de poids trop juste.

La semaine suivante, la prise de poids est bonne et l’allaitement est parti sur de bon rails.

La mère me recontacte lorsque son bébé a 10 semaines. Elle m’explique qu’elle est en vacances, que c’est la 4e fois qu’elle fait un « engorgement ». Elle présente une boule sur le dessus du sein, indurée et douloureuse, présente depuis 15 jours. Elle a eu de la fièvre pendant un temps.
Devant un tel tableau, je redoute un abcès et lui recommande de voir un médecin pour envisager une échographie et vérifier ce qu’est cette boule. Je lui explique que ce ne sont pas des engorgements qu’elle a eu mais des mastites, a priori.
Grâce à une collègue consultante en lactation de la région, la mère obtient un rdv en urgence pour une échographie. Le médecin diagnostique une infection qui risque de dégénérer en abcès et prescrit de l’Augmentin.
La mère rentre chez elle et prend rdv sur Paris avec un autre médecin pour un contrôle échographique. Celui-ci diagnostique un abcès et le ponctionne. Il donne un nouveau rdv à la mère une semaine plus tard pour contrôler.
Mais quelques jours plus tard, la mère me recontacte car son sein est à nouveau gonflé et douloureux. Au vu de l’aspect du sein, je penche pour une récidive d’abcès et l’engage à revoir le médecin au plus vite.
Celui-ci confirme et ponctionne à nouveau mais cette fois-ci, il s’agit de 3 abcès. Il prévient la mère qu’à la prochaine alerte, il faudra faire un drainage chirurgical.
Quelques jours plus tard, les abcès ont récidivé et se fistulent. Un drainage chirurgical est fait en urgence.
La mère décide de stopper l’allaitement.

Dans le cas de cette mère, la ponction de l’abcès et la poursuite des antibiotiques n’ont pas suffit et le drainage chirurgical est devenu nécessaire.

..

Jia

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Maternité Thomas Cantrell Dugdale, circa 1921 Huile sur toile, environ 75 x 62 cm New Walk Museum & Art Gallery, Leicester, Royaume-Uni

Etude du cas clinique

Cette mère accouche à terme d’une petite fille de 3000 g, Jia.
L’allaitement est difficile dès le début car Jia n’arrive pas à prendre le sein. Des bouts de sein en silicone sont proposés par la maternité et des compléments de préparation pour nourrisson sont ajoutés car Jia a faim.
Dès J4, la mère sent une petite boule dans le cadran inféro interne du sein gauche. La sage-femme consultée la rassure en lui disant que ce n’est rien. Mais la boule ne passe pas. 4 jours plus tard, la même sage-femme lui redit que ce n’est rien.
2 semaines après la naissance, la boule devient de plus en plus rouge et douloureuse.
Les tétées deviennent très douloureuses.
La mère m’appelle à 3 semaines car la moitié du sein est désormais rouge et douloureuse et elle souhaite me voir au plus vite.

Mon intervention

Au vu de ce qu’elle me décrit au téléphone, je lui explique qu’il vaut mieux d’abord aller faire une échographie en urgence pour vérifier qu’il ne s’agit pas d’un abcès (ce que je soupçonne fortement).
La mère obtient un rdv le jour même. La collection n’étant pas marquée, le médecin prescrit de la Pyostacine avec contrôle échographique deux jours plus tard.

Je vois la mère en consultation le lendemain, très motivée pour allaiter.
Elle a arrêté les mises au sein trop douloureuses et nourrit Jia au DAL au doigt, soit avec du lait maternel tiré, soit avec une préparation pour nourrisson.
J’observe Jia : sa mâchoire est très crispée, à tel point que lorsque je lui propose un doigt à téter, elle commence par avancer la langue correctement, referme la mâchoire tellement fort qu’elle écrase sa langue entre sa gencive et mon doigt. Elle place donc sa langue précipitamment en arrière.

J’observe le sein de la mère et l’abcès est désormais clairement collecté.

J’observe une tétée : Jia n’arrive pas à prendre le sein sans bout de sein en silicone car la langue se met en arrière. Avec un bout de sein en silicone, le mamelon entre et sort de sa bouche en alternance.
J’installe donc Jia à plat ventre sur sa mère inclinée vers l’arrière. La prise du sein est alors nettement meilleure mais toujours avec un bout de sein en silicone.

Je propose à la mère d’utiliser cette position pour les tétées sur le sein droit. Le sein gauche est tellement douloureux que les mises au sein sont impossibles, la mère continue à tirer son lait.
Je propose d’utiliser la méthode du tirage combiné pour relancer la lactation et je propose d’utiliser du fenugrec et du moringa pour un coup de pouce supplémentaire.
Je propose également de montrer Jia à un ostéopathe pour l’aider à détendre la mâchoire.
Enfin, j’explique à la mère que le médecin ponctionnera certainement l’abcès le lendemain car il est désormais collecté.

Dans la soirée, l’abcès se fistule. Le lendemain, le médecin ponctionne ce qui reste d’abcès.
Le bébé voit l’ostéopathe à 4 semaines, qui confirme les tensions importantes.
La mère continue à tirer son lait car elle redoute les mises au sein très douloureuses. La quantité de lait augmente régulièrement.
Nous remettons Jia au sein ensemble et la mise au sein et la tétée se passent bien.
Désormais le sein cicatrise bien et l’allaitement se poursuit de façon satisfaisante pour la mère.

Bibliographie

  • Lawrence R., Breastfeeding : a guide for the medical profession, 8ème ed., Elsevier, 2016, p 573 et 842.
    LLL France, Les dossiers de l’allaitement, n°63.
  • Breastfeeding management for the clinician, Using the evidence, Marsha Walker, Jones and Bartlett Publishers, 2017, p 613 à 615.
  • L’allaitement, comprendre et réussir, Jack Newman et Teresa Pitman, Jack Newman Communications, 2006, pages 127 à 130.

 

Dernière mise à jour : 20 juin 2018 par Véronique Darmangeat